fbpx

4 conseils pratiques de nos coachs pour rester positif

Conseils pratiques pour rester positif en entreprise

Nous tra­ver­sons un évé­ne­ment que nous n’avions pas la capa­ci­té d’imaginer et qui s’inscrira, sans doute, comme le pire trau­ma­tisme, à l’échelle pla­né­taire, depuis la 2ème guerre mon­diale. Face à cette situa­tion, nous devons trou­ver, en nous, les res­sources pour gar­der le cap. Et nos coachs vous livrent quelques conseils pra­tiques pour vous aider dans cette intros­pec­tion.

1ère étape

Donnez du sens au confinement : transformez la contrainte en nécessité et la nécessité en opportunité

Com­ment nier que le confi­ne­ment est une contrainte ? Nous n’avons rien deman­dé, et ne pou­vons rien faire d’autre que subir cette situa­tion. Pour­tant, nous savons bien que si nous le fai­sons c’est avant tout pour limi­ter la pro­pa­ga­tion du virus et per­mettre ain­si à notre sys­tème de san­té d’absorber au mieux les vagues de malades. Dans les moments de doute, conser­vons l’idée posi­tive que nous sau­vons des vies.

Recon­nais­sons que nous subis­sons cette crise, mais sor­tons de cette zone de pré­oc­cu­pa­tions et concen­trons-nous sur notre zone d’influence*. (lire “Les 7 habi­tudes de ceux qui réa­lisent tout ce qu’ils entre­prennent”, de Ste­ven R. Covey)

Pour la majo­ri­té des cas, la crise met nos affaires en dan­ger, certes. Com­ment pou­vons-nous « limi­ter la casse » et pré­pa­rer le rebond ?

Pour un entre­pre­neur, le confi­ne­ment est une menace réelle sur ses capa­ci­tés finan­cières mais c’est sur­tout un temps offert pour lui et pour son entre­prise.

Construire un pro­jet pour l’après confi­ne­ment, ou véri­fier et éven­tuel­le­ment cor­ri­ger celui que l’on avait éla­bo­ré, c’est vivre ce moment d’arrêt comme une oppor­tu­ni­té pour conso­li­der sa propre tra­jec­toire sur son che­min de vie, mais aus­si amé­lio­rer sûre­ment la per­for­mance future de son entre­prise.

Tous les matins, nous savons ain­si pour­quoi nous sommes aux com­mandes, nous trou­vons le sens à l’instant pré­sent : sau­ver des vies et se pré­pa­rer pour mieux vivre demain.

Uti­li­sons notre pro­jet comme une ancre qui nous empêche de déri­ver et nous main­tient là où nous SAVONS que le cou­rant va s’inverser.

2ème étape

Ne négligez pas votre organisation

Nous ne sommes pas dans une période nor­male, pour autant, afin d’être cer­tain de l’optimiser, il faut veiller à dou­ble­ment nous orga­ni­ser.

  • Orga­ni­ser son espace de tra­vail :
    • vous êtes peut-être confi­nés chez vous et devez gérer votre entre­prise à dis­tance. En ces cas, il est indis­pen­sable de vous amé­na­ger un espace « entre­prise » où vous pour­rez vous iso­ler pour pen­ser « entre­prise ». Ne pro­fi­tez pas de ce temps « mou » pour vous habiller « mou ». Vous êtes et res­tez un pro­fes­sion­nel. En vous pré­pa­rant le matin pour aller tra­vailler, vous vous condi­tion­nez pour une jour­née de tra­vail, pas pour un temps de loi­sir.
    • vous pou­vez vous rendre dans votre entre­prise : vous devez alors orga­ni­ser une dis­tan­cia­tion sociale vis-à-vis de vos col­la­bo­ra­teurs. Cela doit d’ailleurs faire par­ti de votre plan de conti­nui­té.
  • Orga­ni­ser son temps de tra­vail : Il est plus que jamais néces­saire de mettre en œuvre son agen­da par défaut. Défi­nis­sez vos tâches impor­tantes de la semaine et pla­ni­fiez-les prio­ri­tai­re­ment dans votre agen­da, puis les tâches secon­daires et enfin les tâches nos essen­tielles. Mais pro­fi­tez du confi­ne­ment pour chan­ger les prio­ri­tés : cen­trez vous sur votre per­sonne et vos tâches de diri­geant. La médi­ta­tion, la lec­ture et la réflexion sur la stra­té­gie de votre entre­prise doivent être pla­ni­fiées.
3ème étape

« Positivez-vous »

Les neu­ros­ciences révèlent un “biais néga­tif” fré­quent chez l’être humain : si, dans une jour­née, il nous arrive 9 choses posi­tives et une néga­tive, il est fort pro­bable que nous ne retien­drons que cette der­nière. D’une façon géné­rale, mais encore plus en cette période de confi­ne­ment et de stress géné­ré par le COVID-19, votre esprit n’aura aucun mal à vous souf­fler que rien ne va, et à accen­tuer les impacts néga­tifs. Sur­tout si vous ne vous pro­té­gez pas des infor­ma­tions qui tournent en boucle !

Pour posi­ti­ver, nous vous pro­po­sons de faire un inven­taire qui va vous reboos­ter :

  • Pla­ni­fiez dans votre agen­da par défaut évo­qué plus haut, une séance heb­do­ma­daire où vous allez lis­ter les actions posi­tives de la semaine. Vous consta­te­rez qu’il y en a plus que vous ne le pen­sez, et davan­tage que les points néga­tifs que vous aviez spon­ta­né­ment en tête. Le soir, vous pou­vez noter vos « 3 kifs du jour » (cf Flo­rence Ser­van-Schrei­ber).
  • Noter les 5 inter­ac­tions per­son­nelles qui vous ont fait le plus de bien, et expri­mer votre gra­ti­tude aux per­sonnes qui en sont à l’origine en les contac­tant. Vous y trou­ve­rez un apport d’énergie posi­tive.

Puis, deman­dez-vous ce que cette situa­tion peut avoir de posi­tif pour vous, main­te­nant et à l’avenir : quelles oppor­tu­ni­tés ? nou­velle offre, nou­veaux canaux, nou­velle façon de tra­vailler, nou­velle façon de moti­ver les équipes… Bref, s’assurer de se redon­ner du sens, de la vision…

4ème étape

Pratiquez la continuité / le rapprochement social

Ne per­dez pas une occa­sion de consa­crer du temps à vos proches, écri­vez-leur, appe­lez-les.

Dis­tan­cia­tion sociale ne veut pas dire rup­ture sociale ! Gar­dez le lien avec vos four­nis­seurs, vos clients, vos employés et asso­ciés. Por­tez-leur une atten­tion accrue. Créez votre com­mu­nau­té, défi­nis­sez ensemble les actions à entre­prendre, asso­ciez-les à vos réflexions.

Enfin, connais­sez vous des gens dont le métier consiste jus­te­ment à vivre confi­nés ? Non ? Alors vision­nez la vidéo ci-des­sous et par­ta­gez ce sou­rire avec tous les gens qui vous sont chers.

Pre­nez soin de vous.

Et n’oubliez pas qu’au-delà de la crise actuelle, ces 4 conseils pra­tiques vous aide­ront pour res­ter posi­tif en toutes cir­cons­tances.

Source et Remer­cie­ments :
Ste­ven Covey (7 habits), Flo­rence Ser­van-Schrei­ber (“3 kifs par jour”), Tho­mas Pes­quet et Fabienne Brou­ca­ret – article du 20 mars 2020, par­ta­geant les conseils de Lewis Got­te­land, fon­da­teur de Hap­py­Quest et de Sté­phane Gue­guen, fon­da­teur de Hap­pi­ness Work

comment Aucun commentaire pour l'instant

Vous pouvez être le premier à laisse un commentaire

mode_editLaisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. De plus, les autres données ne seront pas partagées avec des tiers. Les champs obligatoires sont marqués comme * *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

menu
menu