fbpx

Un nouvel état d’esprit et de bonnes résolutions

bonnes-resolutions-lecndcLa période du bud­get, au delà des objec­tifs et chif­frages, est aus­si celle de la réflexion, de la remise en cause de cer­taines habi­tudes et com­por­te­ments et celle des bonnes résolutions.

Pro­fi­tez donc de ce moment pri­vi­lé­gié qu’est la période bud­gé­taire pour réflé­chir en pre­nant du recul à ce qui pour­rait être entre­pris en termes d’amélioration conti­nue et / ou de chan­ge­ment durable et pas seule­ment à très court terme au sein de votre entreprise.

Pro­fi­tez-en éga­le­ment pour vous inté­res­ser à l’évolution de vos rela­tions avec vos col­la­bo­ra­teurs et pour les encou­ra­ger à prendre des ini­tia­tives en vous pro­po­sant des oppor­tu­ni­tés de déve­lop­pe­ment ou d’amélioration ; pour cela appre­nez vous-même à tolé­rer l’échec en fai­sant preuve d’un « esprit de pro­grès » et veillez à en par­ler fran­che­ment lorsqu’il sur­vient. Une per­sonne dotée d’un « esprit de pro­grès » recherche les défis et occa­sions d’apprentissage et consi­dère qu’on peut tou­jours s’améliorer par l’effort et la pra­tique. Elle faci­lite la prise de risques et  ne consi­dère par l’échec comme un signe d’insuffisance ou de faiblesse.

Repé­rez au sein de votre équipe les col­la­bo­ra­teurs à fort poten­tiel qui font preuve de curio­si­té, de pers­pi­ca­ci­té, d’engagement et de déter­mi­na­tion pour leur pro­po­ser de nou­veaux pro­jets et défis, voire un pro­gramme de per­fec­tion­ne­ment ciblé. Ils ont en effet soif d’apprendre et sont ouverts à l’acquisition de nou­velles connaissances.

Inci­tez vos col­la­bo­ra­teurs à culti­ver leurs atouts et à déve­lop­per leurs points forts sans se confor­mer stric­te­ment stric­to-sen­su à ce qu’ils pensent devoir être leur tâche et donc sans se bri­der. Un son­dage Gal­lup por­tant sur des mil­liers de per­sonnes à tra­vers le monde  a mon­tré qu’une réponse posi­tive à la ques­tion « au tra­vail avez-vous chaque jour l’occasion de faire ce que vous faites de mieux ? » est un fort indi­ca­teur d’engagement et de bons résul­tats opérationnels.

En tant que lea­der, res­tez vigi­lant pour don­ner l’exemple et res­ter « au des­sus de la ligne » en assu­mant la res­pon­sa­bi­li­té des résul­tats, en recon­nais­sant vos échecs pour en tirer les ensei­gne­ments utiles. Si cha­cun en fait de même, de meilleures déci­sions seront prises dans l’avenir à tous les niveaux de l’entreprise.

Ne confon­dez pas action et effi­ca­ci­té. Il a été mon­tré que les gar­diens de but qui stoppent le plus de penal­ty sont ceux qui ne plongent pas à gauche ou à droite mais qui res­tent au centre. Pour­tant les goals ne res­tent au centre que dans 6% des cas. Pour­quoi ? Ils craignent la réac­tion de leurs par­te­naires et sup­por­ters qui ne sup­portent  pas de voir « leur » gar­dien regar­der le bal­lon pas­ser sans plon­ger. Les gar­diens pensent donc bien faire en plon­geant mais aus­si sans doute à se valo­ri­ser au mieux.

Il en va de même au sein de l’entreprise, en cas de dif­fi­cul­té, nous pen­sons utile d’en faire plus, de pas­ser plus de temps, d’en deman­der davan­tage à nos col­la­bo­ra­teurs et ces der­niers ima­ginent aus­si que leur patron appré­cie­ra. Pour­tant il est démon­tré que plus l’individu est fati­gué moins il reste capable d’appliquer ce qu’il sait déjà, de réflé­chir, d’apprendre ou de pro­fi­ter au mieux de ses com­pé­tences. Ain­si un chef d’entreprise « le nez dans le gui­don » en per­ma­nence ne prend plus le temps de réflé­chir à ce qu’il a réus­si ou raté et ne dis­pose plus tou­jours du recul néces­saire pour res­ter effi­cace et prendre les bonnes déci­sions au bon moment. Il en va de même pour ses col­la­bo­ra­teurs. Gar­dez du temps pour vous et lais­sez-en à vos col­la­bo­ra­teurs pour récu­pé­rer et réflé­chir. De nom­breuses études ont mon­tré l’efficacité de pause pério­diques. Inci­tez vos sala­riés à prendre des pauses et leurs vacances et mon­trez l’exemple.

menu
menu