fbpx

Vie privée des coachs : comment la préserver ? Comment séparer vie pro et vie perso ?

équilibre vie privée des coachs

Tous les coachs s’accordent à dire que le métier de coach est pas­sion­nant, et peut même deve­nir une voca­tion. Accom­pa­gner l’autre à (re)prendre le contrôle de sa vie, à se poser les bonnes ques­tions et y appor­ter ses réponses pour vivre une vie meilleure. Aider à iden­ti­fier, cla­ri­fier puis réa­li­ser ses objec­tifs per­son­nels et pro­fes­sion­nels, n’est-ce pas stimulant ?

Alors le coach peut être ten­té de s’impliquer énor­mé­ment, ani­mé par sa flamme et son envie de voir l’autre réus­sir, quitte à s’oublier. Les horaires s’accumulent petit à petit, la pres­sion monte avec les enjeux per­çus, l’esprit est acca­pa­ré par son métier et son client. Par­fois le coach va s’en rendre compte, par­fois pas, va même en tirer de la fier­té, un sen­ti­ment d’utilité. Le risque est que le coach puisse perdre le fil, soit débor­dé, néglige sa vie per­son­nelle, souffre, et pour­quoi pas ne finisse par craquer.

Pour évi­ter ce cycle, le coach doit veiller à bien pré­ser­ver sa vie personnelle.

Marquer une frontière temporelle entre sa vie personnelle et professionnelle

La pre­mière des choses à faire pour pré­ser­ver sa vie pri­vée en tant que coach c’est de créer un agen­da qui déli­mite les limites tem­po­relles de sa vie pro­fes­sion­nelle. Cela sup­pose de struc­tu­rer sa vie pro­fes­sion­nelle, et notam­ment les 3 acti­vi­tés prin­ci­pales du coach : se for­mer, déve­lop­per sa clien­tèle, coacher.

Par­mi les ques­tions à se poser : Com­bien d’heures vou­lez-vous tra­vailler ? Est-ce que ce nombre d’heures va vous per­mettre de vous réa­li­ser pro­fes­sion­nel­le­ment et de gagner votre vie comme vous l’attendez ? Quel est le bon équi­libre pour vous entre ces 3 acti­vi­tés ? Selon que vous démar­rez ou que vous êtes un coach bien ins­tal­lé, le temps consa­cré à cha­cune de ces acti­vi­tés va varier.

Une fois le nombre d’heures calées et l’équilibre entre ces 3 acti­vi­tés défi­ni, il peut être utile d’aller encore plus loin avec la mise en place d’un agen­da par défaut : iden­ti­fier les caté­go­ries de tâches que vous sou­hai­tez réa­li­ser en tant que coach, et leur allouer des « blocs temps » inva­riables chaque semaine. Quitte à ajus­ter, dépla­cer ces « blocs temps « durant la semaine.

Après ce sera une ques­tion de dis­ci­pline, de savoir dire « non » à cer­taines demandes (exté­rieures), à cer­taines ten­ta­tions (inté­rieures) pour main­te­nir cet équi­libre. Et la dis­ci­pline ça s’apprend, ça se tra­vaille dans le temps.

Savoir faire le vide quand vous n’êtes pas en activité :

Une fois les fron­tières tem­po­relles fixées entre vie pri­vée et vie pro, encore faut-il que vous arri­viez à vous libé­rer l’esprit, à « débran­cher », à faire le vide, à ne plus pen­ser à votre acti­vi­té de coach pen­dant votre temps libre.

Le métier de coach étant une pas­sion, le coach peut être ten­té de pen­ser coa­ching, de vivre coa­ching durant ses moments pri­vés pour s’améliorer et puis parce que cela le pas­sionne. Et le coa­ching étant un métier d’aide aux autres, le coach peut éga­le­ment res­sen­tir de la culpa­bi­li­té de ne pas tra­vailler à aider l’autre durant ses moments personnels.

STOP !

Vous avez vos propres besoins phy­sio­lo­giques (être en bonne forme, ce qui sup­pose de prendre soin de soi, de faire du sport…), fami­liaux, sociaux (culti­ver des rela­tions ami­cales, de proxi­mi­té, …), spi­ri­tuels, per­son­nels (du temps pour soi). Et ne pas s’intéresser à ces besoins, ne pas cher­cher à les satis­faire, va géné­rer du dés­équi­libre, de la frus­tra­tion qui vous pèse­ra dans la durée, et vous nui­ra pro­fes­sion­nel­le­ment (moins de séré­ni­té, moins de confiance, moins de dis­po­ni­bi­li­té). Donc il ne faut pas culpa­bi­li­ser de cou­per le cor­don pro­fes­sion­nel dans votre vie privée.

Dans le cas où votre esprit vaga­bonde vers des hori­zons pro­fes­sion­nels, pre­nez peut-être le temps de noter ces pen­sées pour pou­voir prendre de la dis­tance avec elles, et puis fer­mez le cha­pitre pour vous recen­trer sur votre vie privée

Appuyez-vous sur votre entourage

Vous avez des alliés puis­sants autour de vous pour vous aider à lut­ter contre la ten­ta­tion de vous lais­ser absor­ber par votre vie pro­fes­sion­nelle : vos proches. Alors sachez les écou­ter, rece­voir leurs demandes. Sachez, vous remettre en ques­tion : ils tiennent à vous, et leurs remarques peuvent être autant d’invitations à mieux res­pec­ter les fron­tières, à lais­ser plus de place à votre vie pri­vée, à en pro­fi­ter pleinement.

Cela sup­pose aus­si que vos proches ne vous sol­li­citent pas en tant que coach. Sachant que vous êtes coach, cer­tains vont vous sou­mettre des situa­tions de coa­ching : orien­tez-les alors vers des ren­dez-vous pro­fes­sion­nels. Leurs pro­blé­ma­tiques y seront mieux trai­tées, de façon pro­fes­sion­nelle, en y consa­crant le temps qu’il faut.

De même, il n’est pas recom­man­dé de mélan­ger les genres avec vos proches, par exemple ne cher­chez pas à coa­cher votre famille ou vos amis, ou à tes­ter votre coa­ching sur eux. En règle géné­rale, cela n’apporte pas les résul­tats espé­rés, et vous ris­quez de vous épui­ser et de mettre sous ten­sion vos rela­tions : envoyez les vers des confrères s’ils en ont besoin, vous serez et ils seront plus tranquilles !

Conclusion : préserver sa vie privée, c’est aussi montrer l’exemple…

En tant que coach, vous allez être confron­té à des situa­tions de per­sonnes très sol­li­ci­tées et exi­geantes qui cherchent sou­vent (in)consciemment un meilleur équi­libre dans leur vie, cherchent à mieux asso­cier réus­site pro­fes­sion­nelle et vie personnelle.

Par sou­ci de cohé­rence, il impor­te­ra de bien gérer de votre côté cet équi­libre en pré­ser­vant votre vie pri­vée. Avoir une forme d’exemplarité dans ce domaine va vous aider à ren­for­cer la confiance qu’ils ont en vous et dans le fait que c’est possible…

Vous souhaitez vous lancer dans le coaching d’affaires avec succès ? 

Téléchargez le livre blanc – Devenir coach d'affaires
comment Aucun commentaire pour l'instant

Vous pouvez être le premier à laisse un commentaire

mode_editLaisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

menu
menu