fbpx

Résultats financiers : bien finir 2016 et préparer 2017 dès aujourd’hui !

preparer_2017_le_cndcL’été fini, démarre une période de 3 mois déterminante pour à la fois bien finir 2016 et préparer 2017 sur le plan financier.

Bien finir 2016 

C’est s’assurer que l’exercice en cours avance « dans les clous » en mesu­rant un cer­tain nombre d’indicateurs clés et en éta­blis­sant un pré­vi­sion­nel d’atterrissage qui per­mette d’évaluer l’efficacité des actions enga­gées, et de mesu­rer les écarts par rap­port aux anti­ci­pa­tions pour cor­ri­ger, ajus­ter le tir dans les der­nières semaines.

Qu’avez-vous mis en place dans ce domaine ?

Pour être effi­caces, ces indi­ca­teurs doivent être :

1) Orien­tés action : per­mettre de tra­cer un lien de cause à effet entre deux don­nées de sorte que l’on puisse chan­ger le futur et les résul­tats en pre­nant les actions adé­quates. Ce qui conduit sou­vent à pri­vi­lé­gier les ratios.

2) Acces­sibles : simples à exploi­ter et à com­prendre par les per­sonnes concer­nées et plus glo­ba­le­ment les équipes. Ne pas tom­ber dans le syn­drome « boite noire ».

3) Tra­çables : pou­voir retra­cer la source des don­nées et décryp­ter le pro­ces­sus de col­lecte pour limi­ter les risques d’erreurs et les iden­ti­fier le cas échéant, ce qui garan­tit l’authenticité des indi­ca­teurs et valide leur crédibilité.

Et il convient d’avoir au moins 3 indi­ca­teurs clés dans chaque domaine de l’entreprise (com­mer­cial, pro­duc­tion, RH, achats, finances …). Dans le domaine finan­cier, un indi­ca­teur d’activité, un de ren­ta­bi­li­té, un de tré­so­re­rie qui soient tenus à jour chaque semaine avec une pré­vi­sion 2016 actua­li­sée au fil de l’eau.

Préparer 2017 

Sur le plan finan­cier, cela passe par la défi­ni­tion de prio­ri­tés stra­té­gies et le choix des actions clés avec les objec­tifs et moyens pour les mettre en œuvre. Ce tra­vail d’analyse et de pro­jec­tion se fait habi­tuel­le­ment en y asso­ciant vos équipes et débouche sur des outils pra­tiques comme une feuille de route, un plan d’actions, un bud­get pré­vi­sion­nel 2017.

Il s’agit de don­ner de la cohé­rence et du sens, de par­ta­ger pour mobi­li­ser autour d’axes et d’actions essen­tiels. La pro­cé­dure bud­gé­taire s’échelonne habi­tuel­le­ment sur plu­sieurs semaines en incluant les aller-retour néces­saires à une réflexion col­lé­giale en pro­fon­deur. Des navettes entre ser­vices pour­suivent l’exercice en décli­nant les prio­ri­tés dans des plans d’action sou­vent tri­mes­triels ou mensuels.

Cet exer­cice per­met éga­le­ment de prendre du recul, d’être proac­tif avec le sen­ti­ment de prise de res­pon­sa­bi­li­tés, de maî­trise de son des­tin. C’est un moment clé de par­tage et d’innovation pour ima­gi­ner de nou­velles pistes de déve­lop­pe­ment ou d’amélioration.

Et la fin d’année appro­chant, il convient de pen­ser rapi­de­ment à « bou­cler », arrê­ter ses résul­tats finan­ciers annuels 2016, ce qui sup­pose une grande maî­trise des flux et des infor­ma­tions dans les dif­fé­rents domaines de votre entre­prise (essen­tiel pour struc­tu­rer une crois­sance saine). Ceci vous per­met­tra de com­mu­ni­quer très tôt en 2017 sur vos résul­tats finan­ciers 2016 pour les pro­pa­ger au plus vite s’ils sont bons, ou tour­ner la page rapi­de­ment et les ana­ly­ser en détails s’ils ne sont pas satis­fai­sants et dès lors reva­li­der les orien­ta­tions bud­gé­taires prises.

Cer­tains outils finan­ciers vous aide­ront (comp­ta, plan­ning, fac­tu­ra­tion …), tout comme des remon­tées d’information fluides de la part des équipes, et des par­te­naires externes alignés.

 

menu
menu