fbpx

Le rôle du leader

leader rôle coaching leadership
  • Fédé­rer, entraî­ner et fixer des objec­tifs clairs autour d’un pro­jet partagé
  • Res­pon­sa­bi­li­ser les membres de son équipe et leur trans­mettre de l’envie
  • Être à l’écoute
  • Com­mu­ni­quer et expliquer
  • Don­ner l’exemple
  • Prendre des déci­sions et arbitrer
  • Dis­po­ser d’une vision et don­ner du sens à l’action

Cette liste est loin d’être exhaus­tive mais deux élé­ments sup­plé­men­taires me semblent aujourd’hui sor­tir du lot et tout à fait essen­tiels pour qu’un lea­der puisse jouer son rôle avec effi­ca­ci­té : ins­tal­ler une rela­tion de confiance avec ses col­la­bo­ra­teurs et faire preuve de cha­leur humaine, les deux élé­ment me sem­blant étroi­te­ment liés.

La confiance le ciment de la relation de groupe

 Que se passe t‑il lorsque la confiance vient à manquer ?

Les per­sonnes se referment sur elles-mêmes, ne com­mu­niquent plus ou qu’avec rete­nue et /ou crainte, prennent du recul et hésitent à s’engager, à col­la­bo­rer, perdent de la moti­va­tion et les résul­tats s’en res­sentent négativement .

Le lea­der se doit donc de faire en sorte que son équipe lui fasse confiance ; il doit pour cela don­ner l’exemple, res­pec­ter ses enga­ge­ments, faire ce qu’il dit et dire ce qu’il fait, sou­te­nir ses col­la­bo­ra­teurs y com­pris lorsqu’ils se trompent, leur por­ter de l’attention et leur mon­trer de la recon­nais­sance en cas de suc­cès. Il doit éga­le­ment s’assurer que les membres de son équipe se font confiance entre eux, ce qui passe d’une part par un par­tage entre eux des valeurs et des objec­tifs fixés mais aus­si de règles du jeu claires, une com­mu­ni­ca­tion fluide et sereine qui la plu­part du temps est lar­ge­ment influen­cée par le style de com­mu­ni­ca­tion du lea­der lui-même.

La chaleur humaine

La cha­leur humaine du lea­der me semble à ce titre du coup très impor­tante car elle per­met de créer du lien avant même toute notion d’autorité, de per­for­mance et de résul­tat. Les gens ont besoin à la fois de recon­nais­sance mais aus­si d’appartenance soit à un col­lec­tif, soit à un pro­jet qu’ils par­tagent et  dans tous les cas à un groupe où ils se sentent bien et à l’aise  (moti­va­tion pri­maire gré­gaire). Le fait qu’un lea­der fasse preuve de cha­leur humaine(on pour­rait sans doute aus­si par­ler de cha­risme et/ou d’empathie) lui per­met à la fois, en s’intéressant aux autres, en se mon­trant ouvert et dis­po­nible de s’ouvrir des portes et de rejoindre et d’intégrer les groupes qui lui paraissent impor­tants pour sa réus­site mais aus­si d’attirer à lui les per­sonnes et les par­te­naires qui aime­raient col­la­bo­rer avec lui.

Les recherches de trois cher­cheurs amé­ri­cains (source Har­vard Review), montrent ain­si que les per­sonnes jugées com­pé­tentes mais plu­tôt froides sus­citent sou­vent une cer­taine jalou­sie chez les autres, une émo­tion à double tran­chant qui implique autant de res­pect que d’animosité. Lorsqu’on res­pecte une per­sonne, on cherche à coopé­rer avec elle, à s’associer avec elle, tan­dis que le res­sen­ti­ment que l’on éprouve peut l’exposer à de lourdes attaques . Dès lors qu’un lea­der pro­jette une image de force et de com­pé­tence,  avant d’avoir éta­bli des rela­tions de confiance, il risque d’inspirer de la peur et avec elle la mul­ti­tude de com­por­te­ments dys­fonc­tion­nels qui l’accompagnent.

De plus en plus de tra­vaux de recherche  semblent donc bien indi­quer que la bonne manière d’influencer et de se com­por­ter en lea­der aver­ti et effi­cace est de com­men­cer par faire preuve d’une cer­taine chaleur.

La sai­son s’y prête, j’invite donc tous les lea­ders que vous êtes à faire preuve de cha­leur avec les per­sonnes qui vous entourent et avec les­quelles vous col­la­bo­rez  tout en pré­ser­vant bien sûr cette cha­leur quand la sai­son des fri­mas sera de retour.
Georges Druon

menu
menu