Le secteur du coaching

panorama_du_coaching_d_affaires_le_cndc

Le métier du coaching : état des lieux

Pratique d’accompagnement importée des Etats-Unis en France à la fin des années 1980, et initialement dédié au domaine du sport, le coaching s’étend désormais dans de nombreux domaines.

Actuellement aucun diplôme n’est obligatoire pour exercer comme coach.

La France compte entre 1500 et 2000 coachs avec une centaine de nouveaux coachs chaque année, selon l’APCE (Agence Pour la Création d’Entreprise, août 2015).
L’APCE cite également des études chiffrées de la SFCoach d’après lesquelles un peu moins de 30% des coachs vivent uniquement de la mission de coaching.

Certaines associations professionnelles de coaching travaillent à organiser la profession, et déclarent avoir accrédité à ce jour environ 450 coachs (ICF France, SFCoach, Syntec, EMCC, AFIPP).

Afin de répondre aux exigences des nouvelles réformes sur la formation continue, deux organisations professionnelles ont aussi obtenu la reconnaissance par le Ministère du Travail du métier de Coach Professionnel au Registre National des Certifications Professionnelles.

Trois associations professionnelles du coaching ont, par ailleurs, identifié en décembre 2012 les 5 critères suivants comme prérequis à l’exercice du coaching de façon professionnelle :

1 / Avoir suivi une formation spécifique au coaching.

2 / Avoir souscrit à un code de déontologie, explicitant entre autres l’obligation du secret professionnel, l’interdiction d’exercer tout abus d’influence, la nécessité de respecter la limite de ses compétences professionnelles.

3 / Etablir des contrats clairs avec ses clients et, lorsque cela s’applique, avec l’organisation commanditaire, abordant le contexte et les objectifs du coaching, le rôle du coach, les dispositions du Code de Déontologie, les détails du programme (durée, nombre de séances, lieu,..), les honoraires et les conditions de paiement, le droit du client à mettre fin au contrat.

4 / Pouvoir témoigner :

• d’une pratique continue du coaching associée à une supervision régulière de celle-ci, d’un engagement de développement professionnel permanent et de formation continue,
• d’un souci de développement personnel et de travail sur soi, notamment par une démarche thérapeutique.

5 / Avoir la capacité d’expliciter sa pratique avec des références théoriques établies dans le cadre d’une démarche réflexive, avoir une approche bienveillante, centrée sur la personne, l’équipe ou le système humain accompagné, avoir la volonté et la capacité de les accompagner vers leurs objectifs, en autonomie et respect du libre-arbitre.

Le coaching étant un métier, le meilleur apprentissage se fait en pratiquant sur le terrain.

Il est de ce fait essentiel que les formateurs de coachs et les coachs professionnels aient eux-mêmes des clients en coaching et rien ne remplace une solide expérience dans la pratique du coaching pour savoir coacher.

menu
menu